22/09/2012

Fort de Beurnonville

Le Fort de Beurnonville : Sur une des hauteurs dominant la vallée de l’Escaut, le Mont de Ligne, le général Dumouriez installe en 1792 un camp qui va résister vaillamment aux assauts autrichiens. Parmi ses hommes se trouve le père d’Alexandre Dumas. Cette position sera retenue en 1881 pour y construire un des nombreux forts devant défendre la frontière. Il sera appelé Fort de Beurnonville, du nom du maréchal de France qui a eu le commandement de ce camp en 1792 et y a résisté plusieurs mois face à des armées plus fortes que la sienne. Pierre Riel, marquis de Beurnonville (1752-1821) a été surnommé par Dumouriez l’Ajax français à cause de son courage et de sa grande taille ! On est alors en pleine admiration du monde antique !
C’est un ouvrage très important, établi sur un plan traditionnel en trapèze dont la grande base mesure 225 m, la petite 180, la perpendiculaire 105. Bâti en brique, avec des couloirs enterrés, des voûtes surmontées de 3 m. de terre et de sable, équipé de 27 pièces d’artillerie. Mais dès sa finition il est déjà obsolète suite aux progrès, si on ose dire, des obus et des engins de guerre. Déclassé, il sert de camp d’internement durant la Grande Guerre. En 1935 il est doté de 5 casemates en béton armé, avec cloches blindées et canons antichars qui complètent la disposition du fort lui-même et des abords. Tout ceci est encore en place. Ce fort va subir 45 heures de bombardement du 23 au 27 mai 1940. Les Allemands s’en servent ensuite comme lieu d’expériences sur les explosifs.
Semblable, pour la partie primitive, aux forts construits à la même époque, à Seclin, Mons-en-Baroeul, Bondues, etc. il a été trop endommagé pour pouvoir être accessible à la visite. Ce lieu très dangereux en cas de guerre était, jadis, le site du moulin de Maulde, sûrement plus paisible ! Certains auteurs ont avancé, sans preuves formelles, que les Romains y avaient établi une forteresse. Une autre hauteur a porté le moulin, fort élevé et qu’on découvre de tous les environs parce qu’il est sur la rase campagne, à droite du grand chemin de Tournay à Valenciennes, comme le décrit le visiteur des paroisses en fin du XVIIe siècle.

Source: http://www.paysdepevele.com/village.php?id=55


P1130479_52.jpg

P1130462_47.jpg

P1130383_2.jpg

P1130504_61.jpg

P1130452_39.jpg

P1130398_10.jpg

P1130443_34.jpg

P1130424_25.jpg

urbex,fort,france,patrimoine,guerres

 

urbex,fort,france,patrimoine,guerres

 

22:29 Écrit par M2oublies dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : urbex, fort, france, patrimoine, guerres | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.